MENU

Trésors, 2017

14, 15, 16, 17, 18, 19 Inspirées de scènes vécues magiques et persistantes, elles sont travaillées en pointillisme. Nuages de points lumineux rappelant les images phosphéniques. “Comme dans une toile pointilliste qui se décompose en milliers de petits points multicolores, quand on l’examine de près, l’espace se disperse en d’innombrables fluctuations et n’obéit plus aux lois déterministes.”* Le travail de l’éclat à partir de l’obscur évoque également le vitrail ou l’icône. Il renvoie au secret de l’”oeuvre au noir” de l’alchimie, sans laquelle il ne saurait y avoir d’or, à l’obscurité féconde, la matrice nourricière d’où jaillit la lumière.   * “Désir d’infini”, Trinh Xuan Thuan
Read More ›

In-depth works, 2017

Inspiré d’une probable photo de guerre tirée d’internet, il montre un chariot, une sorte de phaéton éclaté et à demi enlisé. Il est mis en lien avec un extrait de “La découverte du ciel” d’Harry Mulisch, décrivant la vision réenchantée d’un enfant: un carrosse immobile sous terre “parce que tout le monde s’était endormi”.
Read More ›

Ecrans tactiles, 2017

Broderies sur tambour, voir sculpture « Ecran tactile » Le chercheur comme motif car la surface lisse appelle à creuser, à retrouver une profondeur. Orpailleur, archéologue, scientifique.. chercheurs qui creusent dans la terre, dans l’infiniment grand ou l’infiniment petit.
Read More ›

D’une rive à l’autre 3, 2016

Des crêtes qui se développent comme une écriture, une zone de contact au plus haut, une palette noble et joyeuse qui surplombe un espace de respiration et de projection, un espace de réversibilité. 1 Il y a dans ce paysage blanc et ces montagnes lointaines 2 l’idée du voyage initiatique ou « Wandern » (chez les romantiques allemands, notamment Caspar David Friedrich) où l’individu sillonne souvent des montagnes pour se perdre et se chercher. Le dessin avance comme une marche. Cette quête du voyageur induit de chercher son ordre dans un désordre apparent. Le papier froissé justement contient des propriétés géométriques remarquables.  
  1. v. François Cheng
  2. Argentine, Noroeste et Patagonie
Read More ›

D’une rive à l’autre 2, 2016

Scènes rigides où la tenue et la contenance sont de rigueur (discours, défilés, cérémonies, congrès..). Ces cadres austères sont infiltrés en filigrane de lignes voluptueuses (à l’acrylique blanche en léger relief) évoquant des scènes d’amour et de symboles d’union.
Read More ›

Constellations domestiques 2, 2016

Voisinages heureux d’objets domestiques, des débuts d’histoire, des contes intimes, des paysages affectifs, des petites chapelles.  
Read More ›

Tympans, 2016

Tympanum en latin désigne un tambour, une membrane tendue en travers d’une ouverture. Ce terme est utilisé à la fois en anatomie (il sépare alors l’oreille externe et l’oreille moyenne) et l’architecture (tendu en travers de l’arche, au-dessus d’un portail)  
Read More ›

Trésors, 2015 -16

1 à 12 Inspirées de scènes vécues magiques et persistantes, elles sont travaillées en pointillisme. Nuages de points lumineux rappelant les images phosphéniques. “Comme dans une toile pointilliste qui se décompose en milliers de petits points multicolores, quand on l’examine de près, l’espace se disperse en d’innombrables fluctuations et n’obéit plus aux lois déterministes.”* Le travail de l’éclat à partir de l’obscur évoque également le vitrail ou l’icône. Il renvoie au secret de l’”oeuvre au noir” de l’alchimie, sans laquelle il ne saurait y avoir d’or, à l’obscurité féconde, la matrice nourricière d’où jaillit la lumière.   * “Désir d’infini”, Trinh Xuan Thuan
Read More ›

D’une rive à l’autre, 2015

Scènes rigides où la tenue et la contenance sont de rigueur (discours, défilés, cérémonies, congrès..). Ces cadres austères sont infiltrés en filigrane de lignes voluptueuses (à l’acrylique blanche en léger relief) évoquant des scènes d’amour et de symboles d’union.
Read More ›

Orpaillages 5, 2014

Dans ma pratique, ce que j’appelle “orpaillages” sont des dessins qui s’opèrent librement par pluie de points.
Read More ›