MENU

Trésors, 2017

2336
0
14, 15, 16, 17, 18, 19

Inspirées de scènes vécues magiques et persistantes, elles sont travaillées en pointillisme. Nuages de points lumineux rappelant les images phosphéniques.

“Comme dans une toile pointilliste qui se décompose en milliers de petits points multicolores, quand on l’examine de près, l’espace se disperse en d’innombrables fluctuations et n’obéit plus aux lois déterministes.”*

Le travail de l’éclat à partir de l’obscur évoque également le vitrail ou l’icône.

Il renvoie au secret de l’”oeuvre au noir” de l’alchimie, sans laquelle il ne saurait y avoir d’or, à l’obscurité féconde, la matrice nourricière d’où jaillit la lumière.

 

* “Désir d’infini”, Trinh Xuan Thuan